Agriculture : Union européenne – Brésil, relation tendue

Course à la sécurité alimentaire

Aujourd’hui, la sécurité alimentaire est une question primordial qui est prise en compte par les différents États qui cherchent à l’atteindre, notamment via le développement de leur agriculture.

L’Union européenne (UE) et le Brésil ont des relations diplomatiques depuis 1960, basées sur des liens historiques, culturels, économiques et politiques. Au niveau économique, l’UE est le premier marché extérieur du Brésil, comptant pour 19,5% de son commerce extérieur ; le Brésil est le dixième partenaire commercial de l’UE et le plus important dans la région (33,6% du commerce de l’UE en Amérique du Sud). La structure du commerce entre les deux entités est la suivante : l’UE est historiquement déficitaire, elle importe principalement des produits primaires (48% de produits agricoles) et exporte au Brésil des produits manufacturés. Le Brésil est le premier exportateur de produits agricoles vers UE. Le Brésil est donc un partenaire commercial très important pour l’UE, particulièrement mais pas uniquement pour les questions agricoles.

Le Brésil est un pays exportateur de produits agricoles dont les aides de l’État dans ce secteur sont relativement peu élevées. Il est donc en faveur d’une libéralisation des marchés agricoles, visant particulièrement les dispositifs américains et européens. En revanche, le Brésil protège son industrie par de nombreuses mesures protectionnistes. Quant à elle, l’UE essaye de protéger son agriculture dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC) tout en développant ses exportations de produits manufacturés et de services, notamment en Amérique du Sud.

Les négociations entre les deux entités s’effectuent à trois niveaux principalement : dans le cadre d’organisations internationales (à l’OMC principalement), dans le cadre des relations entre l’UE et le Marché du Cône Sud (MERCOSUR) et dans le cadre des relations bilatérales entre l’UE et le Brésil. Ainsi que nous allons le voir, c’est à chaque fois le blocage des négociations globales qui entraine une réduction de l’échelle des négociations, sans que le nouveau niveau de négociation ne remplace le précédent : il s’y ajoute et contribue à la complexité des relations entre les acteurs.

 

sécurité alimentaire

sécurité alimentaireConsulter le rapport

 

Note : L’IDÉE regroupe des citoyens non-spécialistes préoccupés par les questions d’autonomie stratégique. Nous vous encourageons à apporter des éléments de compréhension, contradictoires ou non, aux thèmes abordés.

Publié dans Agriculture